Breccia

Conversation avec Juan Sasturain

Pays : France

Editeur : Rackham

Année d'édition : 2019

Première édition : 2013

460 pages

16,5 x 24 cm - 1 400 gr

Langue : Français

ISBN : 9782878272314

  • -5%
Breccia - dos et couverture - (c) Stripologie.com
  • Breccia - dos et couverture - (c) Stripologie.com
  • Breccia - Pages intérieures - (c) Stripologie.com
RECOMMANDÉ PAR STRIPOLOGIE.COM

 Certains livres doivent être des monuments, celui-ci en est un. L'intention de l'éditeur, sa motivation transparaissent de la forme de l'opus : de toute évidence, il a semblé, lors de sa conception, que sa forme devait laisser voir immédiatement son importance. Façon sans doute ici de rendre un hommage à l'artiste dont le livre porte le nom, d'ériger la seule vraie statue qui vaille pour un auteur de bande dessinée : lui édifier un grand livre, imposant. Reste à savoir si l'objet y gagne. Pas sûr : lourd et épais, l'objet est malaisé à prendre en main. Les pages se tournent trop vite car, pour épaissir le livre, on a choisi un corps respectable, qui restera accessible sans lunettes aux yeux fatigués.  Dans le même ordre d'idée, on s'interroge sur l'intérêt d'un index courant sur vingt pages quand on aurait pu le rendre plus synthétique sans rien lui ôter de sa facilité d'usage. Il ne faudrait pas, en définitive, que l'effigie de l'immense auteur qu'est Alberto Breccia sonne creux parce qu'on la voulu plus trop grande, trop empesée. D'autant que le lecteur qui, plus attiré par l'œuvre incontournable du dessinateur uruguayen que par l'aspect ampoulée du livre, aurait la bonne idée de lire les propos de l'artiste, ce lecteur donc se comprendrait à quel point Breccia n'était justement pas un artiste hautain, prétentieux, orgueilleux, exigeant sur lui tous les feux de la rampe. Mais votre libraire ne voudrait pas être déplaisant avec un livre qui est loin de le mériter, il est seulement victime d'un amour, certes justifié, mais trop exalté, de ceux qui font perdre la tête. Mais son enthousiasme  qui l'alourdit ne le rend pas superficiel, loin de là. Au-delà du texte lui-même, dont nous disons ci-contre qu'il est indispensable, le travail péritextuel tel qu'il s'élabore dans les illustrations et dans les notes finales est remarquable et précieux. Les centaines d'annotations qui s'égrainent tout au long du texte sont une occasion irremplaçable pour découvrir, au-delà de la figure de Breccia, tout le milieu foisonnant de la bande dessinée argentine, très largement ignoré sur nos côtes françaises de l'Atlantique. Artistes, éditeurs, revues… Breccia est un connaisseur averti de l'édition argentine, et les annotations développent des mentions qui seraient pour nous restés mystérieuses. De même, les illustrations, datées, légendées, en couleur quand cela est nécessaire, montrent une partie de l'œuvre de Breccia qui nous est inconnue ici. On pardonnera donc à la maison Rackham de s'être laissé débordée par une admiration que nous partageons, en la remerciant d'avoir porté à nos esprits incapables de lire l'espagnol ce long et formidable livre d'entretiens avec l'un des plus grands artistes de bande dessinée du XXe siècle.

Sommaire du livre

Note à l'édition française    p. 5

.

BREF COMMENTAIRE EN DIFFÉRÉ

Cassettes    p. 8

Avatars    p. 8

Climats    p. 10

Détails    p. 12

.

LA CHRONIQUE

1. Le gamin    p. 15

2. La triperie    p. 25

3. Matinée, vermouth, nuit    p. 31

4. Les amis et la politique    p. 36

5. Le travail de dessinateur    p. 41

6. Lainez    p. 47

7. El Vengador & Co.    p. 59

8. Les années de guerre    p. 66

9. Avec Torino, un vrai gentleman    p. 70

10. Quinterno, la leçon du maître    p. 74

11. La Razon    p. 79

12. Vito Nervio    p. 83

13. Dessiner des aventures et l'aventure de ne pas dessiner    p. 83

14. Peintre du dimanche    p. 86

15. Abril, Kapelusz et l'heure des enfants    p. 95

16. Panche & Peter    p. 100

17. L'homme qui rit    p. 104

18. Une célébrité de la Panaméricaine    p. 111

19. Œsterheld et le carrefour de Frontera    p. 119

20. Les investissements anglais    p. 132

21. Europe aller et retour    p. 137

22. La crise de 1961    p. 143

23. Mort Cinder    p. 151

24. Boulots alimentaires    p. 154

25. Les années IDA et Richard Long    p. 158

26. Autour de 1968    p. 162

27. Chassé-croisé et explosion de 1970    p. 169

28. Europe, 1973 : premier voyage    p. 179

29. Le Yellow-Kid    p. 184

30. Un certain Trillo    p. 190

31. Le travailleur clandestin    p. 195

32. Les années de plomb    p. 201

33. Aller et retour du Monstre    p. 205

.

TENANTS ET ABOUTISSANTS

1. Les goûts et les passions    p. 215

2. Des dessinateurs qui vont et qui viennent    p. 219

3. Ces Yanquis qui ont tout inventé    p. 222

4. Croquis d'après nature    p. 231

5. Les lieux de travail    p. 236

6. Mythologie de La Cueva    p. 240

7. Assistants et collaborateurs    p. 243

8. Trois tables et une seule lampe    p. 249

9. Les amis    p. 251

10. Le rejet de la bande dessinée    p. 261

11. Les bandes dessinées / L'enseignement    p. 262

12. L'atmosphère    p. 271

13. Le style et le concept    p. 278

14. Page et séquence, le cœur et la poule    p. 286

15. La place de la bande dessinée : le cinéma, l'illustration    p. 295

16. Le bras de fer avec le marché. Tensions    p. 302

.

CONTEXTES

1. Le Tango    p. 311

2. Aller au cinéma    p. 328

3. Les livres    p. 334

4. Le mythe de Breccia Noir    p. 351

5. Engager le corps    p. 357

6. Les lieux    p. 364

7. Mataderos    p. 367

8. L'Uruguayen    p. 381

9. Les bordels    p. 385

10. La foi du sceptique    p. 392

.

Chronologie de l'œuvre    p. 401

Notes    p. 417

Index    p. 445

4e de couverture

Je ne me risquerais pas à expliquer qui était Alberto Breccia et pourquoi il est intéressant de connaître son œuvre et sa propre opinion sur sa vie, son travail et bien d'autres sujets. J'ai eu le plaisir d'écrire et de donner mon avis sur lui à plusieurs occasion, avis qui a toujours rejoint celui de gens bien plus aptes que moi à le définir : Breccia, le Vieux, n'a pas seulement été l'un des plus grands dessinateurs de bande dessinée de tous les temps ; c'était aussi un génie, un homme qui a cassé les codes. De plus, ou surtout, c'était un homme entier qui s'est fait incroyablement seul, d'une pièce aux contours bien définis, droit, honnête, tendre et féroce à la fois, aimable et difficile. Un personnage unique. Absolument inoubliable.
Juan Sasturain

Prix conseillé : 28,44 €
Prix : 27,01 € Économisez : 1,42 € (5%)
Retour à la page précédente
Prix conseillé : 28,44 €
Prix : 27,01 € Économisez : 1,42 € (5%)

Lire aussi

PARTICIPER

Un livre sur la bande dessinée que vous souhaiteriez commander mais qui ne figure pas sur Stripologie.com ? Une réaction à l’une de nos notules de lecture ? Une erreur sur la fiche signalétique d’un ouvrage ? Une nouvelle étude consacrée au 9e Art, aux comics, aux mangas dont vous souhaitez nous informer ? Une note que vous avez rédigée et que vous souhaitez nous communiquer ? Vous aussi, participez à Stripologie.com