Mes Moires

Un pont sur les étoiles

Pays : France, Paris

Editeur : Hors Collection

Année d'édition : 2019

Première édition : 2019

420 pages

155 x 240 cm - 850 gr

Langue : Français

ISBN : 9782258098541

  • -5%

Derrière une couverture d'Étienne Robial, qui reprend du service après avoir élaboré la maquette de Métal Hurlant, le livre est malheureusement assez laid. Le texte s'installe dans une typo bâton d'un gris plutôt clair, et peu agréable à la lecture en dépit d'un corps honorable. Le pavé de texte s'étale largement sur la page, compressant l'espace des marges, à l'exception de l'inférieure. Une volonté de modernisme transparaît de ces choix, peut-être même un principe mécanique, mais le résultat n'est finalement pas très attrayant. La typo n'est pas seulement laide, elle est déplacée et ne rend pas justice à Jean-Pierre Dionnet. Car si l'homme n'est pas grand, il dépasse de partout, en nuances, en pleins et en déliés, il laisse des ombres dans ses creux tandis que ses éminences sont en lumière. Tout sauf une ligne droite et simple, parfois prolongée d'une courbe uniforme.
Les chapitres sont brefs, mais nombreux : presque une centaine. La mémoire de Dionnet n'est pas une grandes fresque occupant tous les murs d'une cathédrale, où chaque détail serait minutieusement positionné. C'est plutôt une accumulation de souvenirs, mais aussi de points de vue, de considérations qu'on aurait cherché à ranger dans un ordre chronologique.
Pour accompagner ce long texte, un cahier central d'une grosse trentaine de pages regroupe près de 80 illustrations, des photos pour la plupart, rangées sous divers intitulés (« Famille », « La vie avant Métal Hurlant », « Aventures métalliques », etc.). Correctement reproduites, en couleur quand il le faut, ces illustrations sont accompagnées de légendes pointant les personnes qui figurent sur les photos, le copyright de l'image et, quelques fois, la date de référence. Un index aurait pu être utile, mais peut-être l'aurait-on trouvé prétentieux, ou déplacé.

Sommaire du livre

Passeur de mondes p. 7

Un pas de côté p. 10

Enfances p. 14

Un livre par jour p. 21

Voyage au bout de la Creuse p. 27

L'homme de cristal p. 31

Le Mystère de la Vie p. 37

Je voudrais être noir p. 44

Mon père, ce héros p. 50

Napoléon, mon ancêtre p. 54

Illuminations p. 56

À nous deux, Paris p. 62

Jean Boullet, le Grand Initiateur p. 65

Profession : vendeur aux Puces p. 70

L'aventure Futuropolis p. 74

Maître Goimard p. 78

Sadoul, l'autre Jacques p. 83

La planète Bergier p. 89

Une soirée chez Druillet p. 94

La centrale d'énergie p. 98

Le trublion de la science-fiction p. 101

Y a-t-il un Dionnet dans Pilote ? p. 104

Un certain Grubert p. 111

Mes librairies p. 113

La chasse au Snark p. 124

New York, New York p. 136

Cambrioleur amateur p. 145

De Pilote à Métal p. 150

Génération Pilote p. 157

« Dionnet, Dionnet, Dionnet » répétait l'Écho p. 161

Éditorial de Métal hurlant n°1 (janvier 1975) p. 165

Métal hurlant n°1 p. 166

Arzach avant Arzach p. 169

Poïvet et Gillon, retour aux classiques p. 171

Métal hurlant, vers l'infini et au-delà p. 175

Nous sommes les Humanoïdes associés p. 179

Rock stars p. 181

Métal hurlant n°2 p. 184

L'âge d'or de la science-fiction p. 188

Métal hurlant n°3 p. 191

Mœbius vs Druillet p. 193

Métal hurlant n°4 p. 200

Mad Max, rendez-vous raté p. 202

Métal hurlant n°5 p. 204

Guêpière et talons hauts p. 206

The long Tomorrow p. 215

Blade Runner, Ici Même et la censure p. 218

Noir, c'est noir p. 222

Métal hurlant n°10 p. 226

Ah ! Nana p. 228

Les Yeux du chat ont disparu p. 233

Le jeune Chaland p. 235

Mad Max 3, séance de rattrapage p. 238

« Speed 17 », à toute berzingue p. 242

Mes nuits chez Castel p. 247

Les leçons du Professeur Choron p. 251

Alejandro Jodorowski, l'ange exterminateur p. 256

Impeccable ! p. 262

Une battle avec Mick p. 267

Comme une « Sex Machine » p. 269

Un lézard sous mon casque p. 275

Moi, le Latvérien p. 279

Ma frangine cocaïne p. 281

L'homme qui jetait des sorts p. 286

Heavy Métal p. 289

Vive la France ! p. 294

L'autre Staline p. 296

Un alien nommé Giger p. 298

Hugo Pratt à L'Huma p. 300

Une fable à la Corto p. 302

Une photo avec Bilal p. 304

Les copains d'abord p. 307

Y a-t-il un pilote dans Métal Hurlant ? p. 310

Hong Kong fou fou p. 321

Mes villes magiques : Tokyo p. 329

Sous le soleil de Valenciennes p. 334

Un moment de Calme p. 337

Retour à la vie p. 342

Mes villes magiques : Trieste p. 346

Ma vie, mon œuvre, etc. p. 352

L'homme à la moto p. 362

Ressusciter mes morts p. 365

Je suis un héros (de bande dessinée) p. 373

Mes villes magiques : Milan p. 376

Cinéma, cinémas p. 380

Interdit aux moins de seize ans p. 387

Le retour de la vengeance des séries p. 392

Mes villes magiques : Los Angeles p. 396

Le parrain p. 399

Famille, je vous aime p. 404

(A suivre) p. 408

.

Remerciements p. 413

Table des matières p. 415

4e de couverture

« Un futur violent, sauvage, était ce qui attendait les hommes, beaucoup en eurent conscience avant même le déclenchement des premiers troubles : certaines publications comme Métal hurlant témoignent à cet égard d'une étrange préscience. »
Michel Houellebecq, La Possibilité d'une île

Voici enfin les mémoires de Jean-Pierre Dionnet, l'homme aux milles vies. Tout à tour vendeur aux Puces, libraire à l'enseigne de Futuropolis, réinventeur de la bande dessinée avec Métal Hurlant, scénariste, pirate de la télé, défenseur acharné du cinéma populaire et des séries à une époque où ces moyens d'expression étaient encore méprisés. Et, surtout, grand lecteur et infatigable passeur, amoureux fou de l'image sous toute ses formes, des livres, de BD, de roman noir et de science-fiction.

Jean-Pierre Dionnet évoque les rencontres qui ont changé le cours de son existence, de Jean Boullet à Jacques Goimard et de René Goscinny à Jean Giraud-Mœbius. Il raconte ses villes magiques et ses illuminations, ses rendez-vous manqués et ses quarts d'heure de gloire. Il rend hommage à ceux qui l'ont fait grandir, tandis que des monstres sacrés s'invitent dans le récit, de Jacques Bergier à Marlon Brando, de James Brown au Professeur Choron, de Philippe Druillet à Serge Gainsbourg ou de Stan Lee à Hugo Pratt, sans oublier Gwendoline ou le Major Grubert.

Mes Moires n'est pas seulement un recueil de souvenirs. C'est aussi un cri d'amour pour ces arts longtemps dits mineurs et qui sont devenus, grâce à des visionnaires comme Jean-Pierre Dionnet, des arts majeurs de notre temps.

Prix conseillé : 18,01 €
Prix : 17,11 € Économisez : 0,90 € (5%)
Retour à la page précédente
Prix conseillé : 18,01 €
Prix : 17,11 € Économisez : 0,90 € (5%)

Lire aussi

PARTICIPER

Un livre sur la bande dessinée que vous souhaiteriez commander mais qui ne figure pas sur Stripologie.com ? Une réaction à l’une de nos notules de lecture ? Une erreur sur la fiche signalétique d’un ouvrage ? Une nouvelle étude consacrée au 9e Art, aux comics, aux mangas dont vous souhaitez nous informer ? Une note que vous avez rédigée et que vous souhaitez nous communiquer ? Vous aussi, participez à Stripologie.com