Traits engagés

Les dessinateurs de presse parlent de leur métier

Pays : France, Paris

Editeur : Iconovox

Année d'édition : 2019

Première édition : 2019

256 pages

14,5 x 21 cm - 600 gr

Langue : Français

ISBN : 9782375130124

RECOMMANDÉ PAR STRIPOLOGIE.COM

L’objet est assez épais, le grammage des plus de 250 pages lui assurant une tenue certaine (140 gr pour être précis). L’intérieur est entièrement imprimé en quadrichromie, ce qui profite aux très nombreuses illustrations, piochées dans le fonds des 14 dessinateurs interrogés. L’alliance des interviews et des dessins fonctionne d’ailleurs on ne peut mieux, les images donnant constamment un contrepoint et une aération à la densité des textes. De surcroît, elles permettent au lecteur de se faire une idée précise du travail des artistes qui échangent dans le livre, point fort appréciable. En effet, puisqu’il est ici sans cesse question d’image, il va sans dire que l’observation de celles que produisent les interviewés éclaire et amplifie leur propos. Rappelons qu’Iconovox est d’abord une banque de dessins de presse et une agence plaçant les images des dessinateurs qui y adhèrent avant d’être une maison d’édition. La production d’un livre comme Traits engagés est donc premièrement, pour Iconovox, une manière d’attirer l’attention sur son activité principale, de la justifier, de l’expliquer et par voie de conséquence de la promouvoir. La primauté de l’image s’affirme d’ailleurs dans le choix étonnant d’un Futura maigre comme police de caractère utilisée pour le texte courant, mais aussi par la composition simple, en pavé, de la large colonne de texte qui glisse de page en page. Alinéa de début de paragraphe, y compris après un titre de chapitre, ligne blanche entre deux paragraphes : le mode de composition est réduit à une expression qu’on pourrait presque qualifier de bureautique. De toute évidence, l'intérêt de l’éditeur verse plutôt du côté des images que de la mise en texte. Rien de dramatique, précisons-le sans attendre, car l’ensemble se lit sans difficulté. Enfin, signalons un matériel péritextuel inexistant, mis à part une préface de Guillaume Meurice et une table des matières qui occupe une page (texte centré, en gras sous les numéros de page). Pas de bibliographie, pas de notes, pas d’index, pas même de légende aux illustrations. C’est la signature présente à chaque fois qui en identifie l’auteur. On suppose que la plupart de ces images viennent du fond Iconovox, mais après tout, cela n’est pas certain. De plus amples indications auraient été judicieuses.

Sommaire du livre

Préface [Guillaume Meurice] p. 5

Avant-propos p. 7

Graines de dessinateurs p. 11

De la définition du dessinateur au climat des années 2010 à 2012 p. 51

« Je suis Charlier » : de l’émotion au retour à la réalité p. 85

Réseaux (a)sociaux p. 119

Liberté d’expression mode d’emploi p. 161

Le dessin de presse à l’heure de la pédagogie et des signes symboliques p. 197

Suite et fin ? p. 227

Avant de fermer le livre p. 247

Remerciements p. 253

Sommaire p. 255

4e de couverture

Le 11 janvier 2015, la France affirmait fort et clair : « Je suis Charlie ». Aujourd’hui, entre pression économique, politiquement correct et polémiques sur les réseaux sociaux, les dessinateurs de presse semblent être retombés lourdement de ce piédestal émotionnel.
Si l’on connaît souvent leur trait, leur humour ou leur engagement, il est rare qu’on leur donne la parole. Quatorze d’entre eux — aux profils bien différents – ont accepté de se prêter au jeu des entretiens.
Durant de longues interviews, ils ont évoqué leurs parcours, leurs visions du métier et son évolution. Leurs certitudes ou leurs inquiétudes dans une société où il est devenu difficile de brocarder qui ou quoi que ce soit.
Regards croisés pour un état des lieux d’un boulot pas comme les autres.

Aurel, Babouse, Berth, Camille Besse, Faujour, Gorce, Goubelle, Gros, Jiho, Kak, Nawak, Pancho, Soulcié et Urbs publient leurs dessins dans : Le Monde, Politis, Le Canard enchaîné, Mon Quotidien, L’Est républicain, Spirou, Charlie Hebdo, L’Humanité, La vie ouvrière, Marianne, Causette, VSD, Le Pèlerin, Le Monde, Le Point, Phosphore, Lien Social, Que choisir, Siné mensuel, L’Équipe, Télérama.fr, Fluide Glacial, La Charente libre, Sud-Ouest, L’Opinion, Fakir, Le Ravi

Fabienne Desseux, journaliste, a collaboré avec BoxSons, Le Journal du Centre, l’agence de presse Oracom et a été contributrice au Huffigton Post.
En 2016, après quatre ans passés dans une radio associative de province, elle est licenciée économique. Dans la foulée, elle ouvre un blog pour raconter son chômage. Sa plume, trempée dans l’acide, fait mouche. Ses chroniques, associées à des dessins, révèlent une vraie connivence avec les dessinateurs de presse.
L’évidence se révèle alors : elle décide de donner la parole aux instigateurs de cet univers satirique qu’est le dessin de presse. Mettre en avant ceux qu’elle aime tant et passer un message simple : dessinateur de presse est un métier qui mérite d’être connu et compris.

Prix : 21,80 €
Retour à la page précédente
Prix : 21,80 €

Lire aussi

PARTICIPER

Un livre sur la bande dessinée que vous souhaiteriez commander mais qui ne figure pas sur Stripologie.com ? Une réaction à l’une de nos notules de lecture ? Une erreur sur la fiche signalétique d’un ouvrage ? Une nouvelle étude consacrée au 9e Art, aux comics, aux mangas dont vous souhaitez nous informer ? Une note que vous avez rédigée et que vous souhaitez nous communiquer ? Vous aussi, participez à Stripologie.com